jeudi 13 février 2020

Un 100e numéro? Cent fois Bravo!

Le Saint-Armand publie ce mois-ci son 100e numéro : un véritable tour de force! L'événement vaut d'être souligné et il l'est d'ailleurs généreusement dans la présente édition du journal.

Je lève mon chapeau tout particulièrement à deux artisans de la première heure encore impliqués, 17 ans plus tard, dans le journal : Jean-Pierre Fourez, le premier rédacteur en chef et Éric Madsen, le président fondateur.

Éric, le visionnaire engagé, qui annonçait déjà ses couleurs en 2003 : « Je veillerai à faire de ce nouvel outil d’information un organe rassembleur auquel les gens des trois communautés pourront s’identifier, un moteur qui fera avancer les dossiers chauds de la communauté dans le respect de chacun ».

Jean-Pierre, l'observateur imaginatif (chacune de ses judicieuses caricatures en témoigne), « homme d’opinions, qui comptait faire du journal Le Saint-Armand un outil rassembleur, un forum propice aux débats d’idées ».

Et ils ont, avec des dizaines de collaborateurs et collaboratrices, en grande partie réussi! Bien sûr, leur idéal n'est pas encore atteint... Mais on sent toujours dans ce 100e numéro la même ferveur chez la relève pour aborder les nouveaux défis qui ne manquent pas en ce XXIe siècle, tout en poursuivant le même idéal.

Longue vie au jourmal de l'Armandie!

jeudi 6 février 2020

Le quai rêvé

L'hebdo régional L'avenir & Des Rivières, dans son édition de cette semaine nous propose cette vue artistique du quai proposé à Philipsburg par le comité consultatif.

Capture d'écran : L'avenir & Des Rivières

Deux réactions sont spontanément possibles à la vue de cette illustration... idyllique, disons-le, dans le contexte actuel. Les pessimistes diront : « Trop beau pour être vrai! On peut toujours rêver! ». Les optimistes, eux : « Enfin, un projet enthousiasmant! On a hâte qu'il se réalise! »

Mais il y une troisième réaction possible. Moins spontanée, plus mûrie. Celle des 'amoureux' de Saint-Armand (vous me voyez venir...) qui se disent : « Il faut que ce projet aboutisse en tout ou en partie; la situation actuelle ne peut perdurer. Mais comment y arriver? » Ce n'était pas le mandat du comité consultatif de proposer un plan d'affaires; il faut donc que d'autres prennent la relève...

mardi 4 février 2020

Un bien beau projet, mais...

C'était, hier soir, l'assemblée publique 'régulière' du Conseil municipal. Rien de spécial nous concernant, nous citoyens, à signaler. La routine, quoi : « Je propose. J'appuie. » Point suivant... Rien, sauf peut-être une subvention totalisant 9 000 $ accordée aux Festifolies qui auront donc lieu encore cette année, ouf! Rien, mais pourtant une affluence inhabituelle et un grand écran déployé derrière nos élus locaux.

J'ai compris pourquoi après la 'levée de la séance' : via Facebook, le comité consultatif de revitalisation du quai avait invité la population à venir assister à la séance d'information sur le Projet de revitalisation du secteur du quai de Philipsburg, Saint-Armand. Je suis donc resté, fébrile comme la soixantaine de mes concitoyens et concitoyennes venus assister à cette présentation... rendue enfin possible grâce au rapport de la firme Raymond Chabot Grant Thornton à qui le comité avait demandé un avis sur la viabilité du projet.

En présence des membres (bénévoles) du comité consultatif et en leurs noms, Caroline Rosetti, elle-même membre de ce comité, a présenté le projet en long et en large, précisant bien qu'elle faisait cette présentation à titre de membre du comité et non à titre de mairesse de Saint-Armand. Questions et commentaires ont suivi pendant une bonne heure. J'ai écouté tout ça religieusement...

J'écris la suite de ce billet avec des larmes au coeur.

mardi 14 janvier 2020

Méli-mélo municipal

C'était, hier soir, l'assemblée publique mensuelle ordinaire du Conseil municipal. Une trentaine de citoyennes et citoyens y assistaient. Sur le projet d'ordre du jour, huit fois la mention : « Rien à cet item ». Rien, même en ce qui concerne la gestion financière.

Il fut seulement question d'affaires courantes, au point 8, Administration générale; j'en ai retenu un méli-mélo difficile à 'démêler' pour le simple citoyen contribuable que je suis...

  • Quatre fois, il fut mention de la directrice générale et secrétaire-trésorière :
    • 8.1 Exercice du droit de véto de la mairesse à l'égard de la résolution 19-12-345 — reprise de la décision
    • 8.2 Départ de la directrice générale et secrétaire-trésorière
      • Mme Loiselle devait quitter son poste en décembre dernier, mais elle continue à remplir son rôle lors de l'assemblée en cours...
      • Son départ est reporté au moment où la nouvelle directrice générale entrera en fonction et même après pour assurer la transition...
    • 8.4 Entériner l'affichage de l'offre d'emploi pour le poste à la direction générale
      • On apprendra au point 8.11 que le poste est déjà comblé!
    • 8.11 Embauche de la nouvelle directrice générale
      • Il s'agit de Mme Louise Héroux; elle entrera en fonction le 27 janvier prochain.
  • Une autre démission 
    • 8.3 Celle de M. Yvan Cyr; mais on nous apprend « qu'il ne s'agit pas vraiment d'une démission mais plutôt d'un départ à la retraite »...  (Nuance importante dans le contexte actuel.)
  • Dépôt des déclarations des intérêts pécuniaires
    • 8.5 (ces déclarations sont-elles d'intérêt public? Je n'ai pas osé le demander.)
  • Affaires reportées
    • 8.6 Date de présentation et d'adoption des prévisions budgétaires... reportée au 27 janvier 2020 (C'était annoncé pour le 20 janvier prochain.)
    • 8.7 Date des élections partielles prévues le 23 février 2020; demande au ministère de reporter ces élections au 10 mai 2020.
  • Autorisation de paiements
    • 8.8 Les assurances de la municipalité pour l'année 2020
    • 8.9 Le déneigement de nos chemins par un sous-traitant, Les entreprises DENEXCO
  • Devis pour l'achat éventuel d'un nouveau camion : un ajout au projet d'ordre du jour en Travaux publics et voirie - Hygiène du milieu
J'ajoute une observation personnelle : notre mairesse était visiblement sur la défensive, hier soir. Sa déclaration au tout début de la séance comme quoi elle ne tolérerait aucun débordement dans la salle trahissait d'entrée de jeu son état d'âme, son anxiété... Une telle déclaration péremptoire (inhabituelle de sa part) était, depuis que j'assiste aux assemblées publiques du Conseil municipal, une première qui laissait présager le pire. Mais rien de tel n'est arrivé. Se sentait-elle menacée? Se sentait-elle intimidée par la présence d'une journaliste de La Voix de l'Est?  

L'eau continue à couler
dans la rivière de la Roche,
malgré les obstacles...
Qu'est-ce que je conclus de cette soirée?

lundi 13 janvier 2020

Imprévisible nouvelle décennie...

Souhaitons tout simplement à la municipalité de Saint-Armand, en plus des traditionnels voeux de Bonne année!, une meilleure troisième décennie que la précédente de ce XXIe siècle.

Les mots de Caroline Rosetti, notre jeune et dynamique mairesse, à la une de la première édition en 2020 de La Voie municipale permettent à tout le moins d'espérer (je signale en gras pour quelle raison) : « Nous sommes en restructuration complète. Voyons ce défi comme une occasion de travailler ensemble. C'est le temps de s'arrimer, d'avancer, de progresser. »

Mais comment?

Certainement pas en ressassant ad nauseam les échecs et erreurs du passé — quoiqu'il y ait quelques leçons à en tirer. Non. Au sortir de ma grippe du temps des Fêtes, je me suis plutôt demandé par où nous pourrions commencer... Sur quelles bases?

Et j'ai pensé : si on consultait à ce sujet Raôul Duguay, 'notre' poète et philosophe? « Nul n'est prophète en son pays! », me direz-vous. Par contre, il ne faut pas l'oublier, il fut un conférencier recherché au tournant du siècle et jusqu'à récemment. Ce sera donc ma première suggestion à nos élus : lire ses écrits, en particulier sur la gestion des ressources humaines et le défi de la gestion de soi...

samedi 7 décembre 2019

À lire avant Noël

La dernière édition du journal Le Saint-Armand nous a réservé toute une surprise. Le caricaturiste du journal, Jean-Pierre Fourez, s'est rendu dans le Grand Nord rencontrer le vrai Père Noël en personne! Il nous confie en primeur comment ce personnage mythique réagit au réchauffement de notre planète, lui qui n'a jamais eu à s'inquiéter de manquer d'hiver dans son tout blanc royaume!

Pauvre Père Noël!  Il lui faudra maintenant s'adapter...


Dans un autre article, comme quoi la réalité dépasse la fiction, on nous présente le film et le livre de Iolande Cadrin-Rossignol, La Terre vue du coeur réalisé avec la collaboration d'Hubert Reeves. Fierté supplémentaire : la réalisatrice est une résidente de notre région.

jeudi 5 décembre 2019

Saint-Armand et ILLUMI

Quel lien y a-t-il entre Raôul Duguay, notre barde local et national, et le spectacle grandiose ILLUMI, féérie de lumières créé par Cavalia à Laval, qu'on peut voir jusqu’au 5 janvier prochain?

C'est lui l'auteur du conte Rêver l'étoile projeté sur l'immense écran géant d'Illumi et raconté en direct par des comédiens.

Et puis, sous la tente VIP, sont exposées ses plus récentes toiles peintes en tandem avec un autre artiste de la région, Henri Desclez, et regroupées sous le thème Fleurir à l'infini, dont on peut avoir un aperçu sur son site Web.

À 80 ans, le génie créatif de Raôul Duguay est toujours en ébullition et ne cesse de nous surprendre!

mardi 3 décembre 2019

Mystérieuse vague de démissions

L'atmosphère était lourde hier soir lors de l'assemblée mensuelle du Conseil municipal. On a d'ailleurs senti un certain malaise dès l'arrivée tardive des membres du Conseil dans un silence plutôt inhabituel. Coup d'oeil rapide à l'ordre du jour : Gestion financière, rien à cet item. Étrange... Puis, après l'ouverture de la séance, un ajout à l'ordre du jour est venu alourdir encore plus l'atmosphère : « Lettre de démission de la directrice générale », une troisième démission puisque celle de deux autres employés de la municipalité y figuraient déjà. C'est la moitié du personnel de l'Hôtel de ville! Sans compter plusieurs autres démissions survenues ces dernières années. Conséquences immédiates : un « mandat à la firme Raymond Chabot Grant Thornton pour assistance comptable » et un contrat en sous-traitance de déneigement à l'entreprise Denex pour les routes du MTQ et pour la gestion du déneigement. Sans oublier l'affichage de trois offres d'emploi...

mercredi 27 novembre 2019

1845

« 1845 (8 juin) Constitution de la municipalité de la paroisse de Saint-Armand-Ouest. »
Photo prise le 1er septembre 2010,
l'année des 165 ans de Saint-Armand 
C'est là une des références que j'ai pu trouver où l'année 1845 est associée à la municipalité de Saint-Armand. Une année certainement importante puisqu'elle figure en grand sur la butte à fleurs, bien en vue au centre du village sur le chemin de Saint-Armand, depuis la nuit des temps.

Dans les éphémérides de La Mémoire du Québec*, il est fait mention de Saint-Armand, de Pigeon-Hill et de Philipsburg bien avant cette année-là. Notamment : 1748, concession de la seigneurie de Saint-Armand à René-Nicolas Levasseur; 1788, établissement de George Titemore, à Pigeon-Hill (appelé Sagersfield à l'époque); 1799, concession d'une terre à Philip Luke, qu'il nomme Philipsburg.

Mais c'est 1845 qui est la date officielle de la Constitution de Saint-Armand, et le Conseil actuel semble vouloir souligner l'an prochain ce 175e anniversaire. Pourquoi pas?

Une belle occasion de nous rappeler notre histoire, de nous rapprocher malgré nos disparités et une certaine 'dispersion territoriale' afin de nous mieux connaître, de nous concerter pour bonifier l'environnement et les infrastructures locales qui assureront un bel avenir à nos successeurs. Bref, une belle occasion d'aimer encore plus Saint-Armand!

mardi 26 novembre 2019

La baie Missisquoi sous la loupe de la CMI

La baie Missisquoi à Philipsburg
et son quai condamné pour des raisons de sécurité,
en attente d'une subvention pour sa restauration
Le 20 novembre dernier, à l'hôtel La Cache de Venise-en-Québec, c'était la présentation sommaire du rapport préliminaire du Groupe consultatif sur le lac Champlain de la Commission mixte internationale (CMI) : Apports de nutriments et ses impacts sur le lac Champlain, la baie Missisquoi et la rivière Richelieu.

Ce rapport nous apprend notamment que 60 % des sédiments et du phosphore présents dans le lac proviennent de son bassin versant, principalement des terres agricoles. « Les sous-bassins des rivières de la Roche et aux Brochets sont ceux qui contribuent le plus à l'apport de phosphore. » On y lit également que « l'ampleur des apports de phosphore devrait augmenter avec les changements climatiques, soit de 21 à 57 % de la charge de sédiments. »